Une plateforme européenne pour lutter contre le travail non déclaré

Nous en avons tous conscience, le travail non déclaré est une véritable menace pour nos modèles économiques et sociaux.

Derrière ce terme se cachent des situations graves telles que l'exploitation de travailleurs, la précarité, la concurrence déloyale et de lourdes pertes pour les États et leurs systèmes de sécurité sociale.

La progression du travail non déclaré entraîne indéniablement un sentiment d'injustice pour la grande majorité de nos concitoyens qui, eux, respectent les règles. De plus, nous avons malheureusement pu l'observer, il peut conduire un État à la faillite.

L'établissement de cette plateforme européenne pour lutter contre le travail non déclaré démontre que l'Union européenne ouvre enfin les yeux sur le sujet. Ce nouvel outil permettra une meilleure coopération entre les autorités nationales afin d'aboutir à une lutte plus efficace et plus homogène.

 

Cependant, il appartient aux États membres d'appliquer les législations sur le travail, d'inspecter et de sanctionner le travail non déclaré. Trop de législations européennes échouent dans leur transposition, leur application ou leur contrôle par les États. Pour exemple, je n'ai pas peur de citer la directive relative au détachement des travailleurs qui souffre des lacunes des systèmes nationaux.

De plus, n'oublions pas que la lutte contre le travail non déclaré doit aussi se faire en amont. La feuille de route est donc claire pour les États membres: apportons à nos entreprises des règles administratives et fiscales moins lourdes afin de favoriser la croissance économique et donc la création d'emploi.

 

Jérôme LAVRILLEUX,

Député au Parlement européen

 

Communiqué de presse du Groupe P.P.E.: http://www.delegationfrancaise-ppe.eu/spip.php?article1469